top of page

vieille ville de jérusalem

Textes et photos : Guillermo Cachero

Ô Jérusalem toi   qui te caches derrière des murs, tant de fois détruite et honteuse de ceux qui te sanctifient. Oui. Père Noël pour trois religions ; Ils vous aiment tous et au nom de leur Dieu, ils tuent pour vous. Vous êtes la pomme de discorde de leurs croyances. Certaines croyances pour lesquelles tant de sang a été versé que certains chroniqueurs disent, que by  la foi d'un  Dieu le sang qui a coulé dans vos rues a atteint les chevilles de qui a marché sur le .

_MG_4401.jpg

Rues où les prophètes ont marché et  certains d'entre eux ont été assassinés  au nom de la vérité. 1 Divided15-dida3 wellknown-cf9 136bad5cf58d_ avec le nom des différentes religions qui vous "gouvernaient". Le Juif, le Chrétien, le Musulman et l'Arménien.  Onze fois vous avez été totalement conquis et détruit cinq  par ces conquérants.  Même ainsi, les lieux «soi-disant saints» prédominent, tels que; la Via Dolorosa  o le Saint-Sépulcre, le Mur des Lamentations  o,  la Grande Mosquée; bien qu'il ne s'agisse pas des lieux exacts sanctifiés depuis deux mille ans .

Saint pour les chrétiens, les juifs et les musulmans ; ces derniers assurent que Muhammad   est monté au paradis sur la jument ailée Burak, du même   lieu vénéré  ; le Haram-ach-Sharif ; la colline de Moriah. Où Abraham a offert   à Yahveh   le sacrifice de son fils Isaac.  Et le roi David a élevé un autel sur le rocher usé. Fue el  lugar  elegido por el rey Salomón, hijo de David  para construir  alrededor del año 960 BC, le premier temple juif.

Un temple qui des années plus tard a été reconstruit  by  Herod Antipas,  et dont Jésus a expulsé les -3193-bb3b_bad58d nouveau Testament. Détruit  par les Romains au 33ème après  la mort de Jésus par la deuxième révolte des Juifs . De tan gigantesco templo    sólo _cc781905-5cde -3194-bb3b-136bad5cf58d_quedó un muro que para el pueblo judío  es el lamento de vos phrases.  Le soi-disant Mur des Lamentations.

Sur les vestiges du temple, les musulmans   des siècles plus tard  sous la grande protestation des juifs, érigèrent un imposant monument à l'ascension de Mahomet : la Mosquée du Rocher.  

LA PUBLICITÉ

Portes de la vieille ville

_MG_6163-2-1.jpg

Huit portes ont l'entrée de la ville, dont une est scellée ; la soi-disant porte dorée.  Depuis 1541 dans la première période islamique de Jérusalem, les Arabes l'ont scellée parce que  selon les prophéties, le Messie entrera par cette porte à son retour et ils craignaient  que s'il était accompli, ils perdraient le pouvoir de la ville. Elle est  également connue  comme la porte de la vie éternelle ou la porte de la miséricorde. Otra leyenda de origen islámico  asegura que  el dia del juicio final comenzará  en este lugar  al ser une vallée sacrée et un cimetière a été construit car de nombreux musulmans ont demandé à être enterrés dans un lieu sacré. Et comme on ne peut pas   marcher sur les tombes, on a fermé la porte bon marché puisque les prix des tombes sont très chers et que tous les musulmans ne peuvent pas se le permettre.

PORTE DAMAS

_MG_6200-1.jpg

Derrière ses murs, vous découvrez une ville si chargée d'histoire qu'il importe peu que ses rues soient saintes ou non. Trois religions en un même lieu et des siècles d'affrontements  ont donné naissance à des zones différenciées où  il existe une passerelle pour chacun des quatre quartiers._cc781905-5cde- 3194-bb3b -136bad5cf58d_

La porte de Damas est l'entrée du quartier arabe  l'un des plus importants et peut-être le plus spectaculaire, où le temps semble s'être arrêté depuis la conquête musulmane.  Une passerelle vers des marchés animés, tant à l'entrée qu'à l'intérieur du quartier. Où commerçants, piétons, vendeurs ambulants et curieux se mêlent, formant une foule nombreuse qui rend difficile  poder  la marche.  

Il y a beaucoup d'émotions qui sont perçues quand on se retrouve devant la porte de Damas face au nord. Dont le nom est en l'honneur de la ville d'origine de ceux qui étaient les dirigeants arabes de Jérusalem. Sous cette porte du XVIe siècle, les archéologues ont découvert  des morceaux de la porte construite par l'empereur Hadrien au IIe siècle après JC.

En franchissant la porte, les étals de fruits et légumes et les bars qui proposent le jus de grenade tipi de la ville laissent un couloir où  il devient  très difficile de marcher normalement. A quelques mètres se trouve la Via Dolorosa, appartenant déjà au quartier chrétien. Des soldats israéliens sont vus le long de la rue avec leurs fusils et mitrailleuses, ils se parlent et tout semble être aussi normal que possible.

Si vous atteignez cette porte un jour avant le dernier  du Ramadan,  les étals doublent et la vente de vêtements pousse comme des champignons. Il est de coutume chez les musulmans que le dernier vendredi du Ramadan, tout bon musulman le célèbre en portant un nouveau vêtement. C'est le grand jour pour le monde islamique, ce jour où les parents sont visités et même les mariages sont célébrés.  

Le ramadan dans les rues de la vieille ville de Jérusalem se vit de la même manière que dans  n'importe quelle ville musulmane.  Tout commence le bb3b-136bad5cf58d_5:30 dans le après-midi quand la foule s'éclaircit à l'entrée de la porte de Damas et du quartier arabe. Vous pouvez maintenant marcher  sans trébucher,  à six heures de l'après-midi les établissements ferment  et pendant cette demi-heure les rues dans le musulman partie est un chaos de la circulation.  Une fois cette demi-heure passée, tout est désert, vous ne pouvez voir que dans certains bars semi-fermés comment ils préparent la nourriture car le jeûne est terminé et il est temps de manger. Jusqu'à neuf heures du soir, heure de la prière, c'est un quartier fantôme qui, une fois la prière terminée, retrouve son effervescence. Entre a  dix et onze heures du soir  les boutiques et les étals rouvrent.  Tout reprend son activité et les familles sortent pour la rue où dans les pâtisseries il y a une longue file d'attente pour acheter les douceurs typiques une longue file d'attente avec les douceurs typiques. Le chaos automobile revient à la normale et les étals de vêtements rouvrent, il y a toujours ceux qui ont oublié d'acheter un dernier vêtement ou tissu pour leur garde-robe. 

 

 

_MG_6187-1_edited.jpg
_MG_6194.jpg

Dôme du Rocher

Là où se trouve le lieu le plus saint d'Israël.

_MG_3096-1.jpg

La date idéale pour visiter la vieille ville de Jérusalem est du dimanche au jeudi, si nous voulons vraiment découvrir la ville dans toute sa plénitude.  El  Le vendredi est la fête musulmane et le samedi juif. Le quartier arabe a donc peu d'activité et la mosquée est fermée aux visiteurs.  De la même manière, samedi, la même chose se produit non seulement à Jérusalem mais dans tout Israël. Bien que  le vendredi et le samedi, vous pouvez visiter les quartiers chrétien et arménien. Le seul problème est le samedi puisque, si nous sommes arrivés sans voyage prévu, nous aurons beaucoup de problèmes pour manger ce jour-là,  yes, nous pouvons aller dans le quartier arabe._cc781905-5cde-3194 -bb3b- 136bad5cf58d_
Pour visiter le Dôme du Rocher ou mosquée dorée construite entre 690-692, les dates autorisées sont du dimanche au jeudi. Cette mosquée   occupe une place unique dans l'histoire de l'architecture islamique en tant que premier monument musulman de maturité structurelle, décorative et volumétrique. Il a hérité sa perfection du talent de générations de bâtisseurs du Moyen-Orient. Construit comme un sanctuaire, le troisième de l'Islam (après la Ka'ba à La Mecque et la mosquée du Prophète à Médine). Le bâtiment couvre un rocher nu qui représente le sommet du mont Moriah, le lieu le plus saint de Jérusalem non seulement pour les musulmans mais aussi pour les juifs.
C'est le lieu le plus sacré d'Israël car, selon  histoire et légendes, c'est là que la poussière à partir de laquelle Adam a été créé a été recueillie. Là où ses fils Caïn et Abel offraient des sacrifices et plus tard Abraham. Le roi David après avoir conquis   Jérusalem a acheté le mont Moriah aux Jébusiens proclamant   la ville comme capitale d'Israël. Où le premier temple a été construit par  Salomon, plus tard détruit et reconstruit par Hérode. Et définitivement détruit par Tito  fils de l'empereur Vespasien , étouffant la violente révolte, réussissant à conquérir la ville, pillant et détruisant le temple, ne laissant que le côté ouest connu aujourd'hui comme le mur des lamentations au cours de l'année 70 AD,.
La construction du Dôme a été ordonnée par le calife Abdelmalik ben Marwan de la dynastie arabe des Omeyyades avec l'intention d'ériger un grand monument pour souligner la présence musulmane dans la ville. De cette façon, les fidèles auraient un endroit pour prier, puisque  le seul grand monument religieux de cette époque était le Saint-Sépulcre chrétien. Le dôme est le plus ancien lieu de culte de la foi islamique et l'œuvre architecturale la plus remarquable de la dynastie Ummayad. Le Dôme du Rocher se compose d'une structure octogonale à sa base et au-dessus s'élève le dôme doré d'environ 20 mètres de diamètre. 

3837267921_08962936b9_b.jpg
Pendant trois fois en visitant  Jérusalem, j'ai toujours eu un vide,  ayant l'expérience  de visiter le dôme au milieu du sermon du _05-7cc81 5cde-3194-bb3b-136bad5cf58d_vendredi. Quelque chose que j'ai déjà vécu à Damas dans la mosquée des Omeyyades et qui depuis a grandi en moi comme un ver. Je ne suis pas religieux mais je suis fasciné par la façon dont chaque croyant  manifeste  sa foi.  Et j'hésitais à arrêter témoin de la façon dont ils se manifestent dans l'un des lieux saints de l'islam. J'ai donc décidé  probar, total Non, je l'avais déjà et la seule chose qui pouvait m'arriver était qu'ils me battent.  
Je suis entré par la Puerta de los Leones où à gauche se trouve l'entrée du dôme doré où quatre soldats m'ont salué car en tant qu'étranger je ne pouvais pas passer, je leur ai dit que j'étais musulman et ils m'ont regardé avec un visage étrange, ils m'ont demandé de quel pays je venais et je leur ai dit que je venais de Serbie et que j'étais un musulman serbe. Ils m'ont fouillé de fond en comble et sans plus de problème, ils m'ont laissé traverser le mur où j'ai été émerveillé en voyant l'endroit magnifique,  pas encore plein de fidèles, mais tellement différent_cc781905-5cde-3194 -bb3b-136bad5cf58d_ lors de votre visite en voyant l'esplanade vide.
Il serait environ 11 heures du matin et tout le patio de l'enceinte était presque terminé, ce qui est formidable. L'endroit se remplissait de fidèles, beaucoup d'entre eux portant leurs tapis de prière et la vérité est que je n'avais que des yeux pour observer tout ce qui se passait. Depuis, seuls mes yeux étaient la seule chose qui pouvait donner la certitude de ma présence dans le lieu, puisqu'il n'était pas possible d'entrer dans les caméras.
L'imam n'arrêtait pas de parler et de parler et même de crier par moments avec beaucoup de colère (comme vous l'aurez compris c'était en arabe et il ne comprenait rien du tout). Les personnes présentes parlaient entre elles, certaines très véhémentes des paroles de l'Imam, à côté de moi certaines s'adressaient à moi et je leur disais que j'étais un Serbe désolé mais ne parlait pas leur langue, certaines s'intéressaient à mon "pays" et surtout à le massacre de musulmans qu'il a subi. J'avais un chapelet à la main avec lequel je "priais" plutôt je bougeais mes lèvres pour certifier ma foi en l'Islam. La vérité est que je ne veux même pas penser à ce qui se serait passé s'ils m'avaient découvert, j'ai essayé par tous les moyens de passer le plus inaperçu possible.
L'endroit était absolument bondé, je pense qu'il devait y avoir plus de 5 000 personnes et la vérité est que lorsque la prière a commencé, c'était spectaculaire. J'ai regardé celui à côté de moi et s'il se levait, je faisais de même, dans le même s'il s'est agenouillé ou a enfoui sa tête dans le sol. Mais ma curiosité était plus grande et je ne pouvais pas m'empêcher de regarder le reste. En plus d'être impressionné par  la voix de l'imam en prière, une voix déjà plus lente et plus douce, très différente de celle du sermon. La situation était telle que j'en ai eu la chair de poule, en observant et en même temps en faisant le même mouvement avec tout le monde à l'unisson, ils se sont mis à genoux, ont mis leurs mains sur leurs visages et sur l'ordre de l'imam ils se sont agenouillés et ont baissé la tête en le je d'habitude. Le moment était absolument magique, d'une part je priais comme n'importe quel autre musulman et d'autre part j'avais énormément peur qu'ils découvrent ce qui m'était arrivé, cela a provoqué un état d'excitation incroyable, quelque chose que je n'oublierai jamais dans ma vie.
_MG_6175-1_edited.jpg

La vérité est que je dois dire qu'après avoir vécu cette expérience que je peux qualifier d'extraordinaire à ce moment-là, j'ai pensé. Dieu comme j'aimerais aller à La Mecque avant de mourir, parce que si j'ai trouvé cela sensationnel, je ne veux même pas penser à ce que ça doit être d'être à La Mecque. Je dois dire qu'à Damas  mon expérience a été différente puisque j'y ai été invitée et je l'ai vécue comme telle, où j'ai pu photographier.   

Le moment de la fin des prières est arrivé et si c'était déjà extraordinaire la situation est maintenant devenue différente mais non moins attrayante en quittant l'enceinte, les soldats étaient toujours là avec leurs mitrailleuses mais maintenant aussi la rue jusqu'à la porte du Lion était pleine de marchands des deux côtés qui vendaient principalement du pain, je suis resté à côté d'un garçon qui avait deux charrettes en bois d'un mètre de côté et d'environ 50 cm de profondeur pleines de pain et en une demi-heure c'était en rupture de stock, à côté une femme lui vendait une sorte de croquette de viande et de légumes qu'elle vendit en quelques minutes. C'est les vacances et bien sûr, celui qui vend un cheval en plastique ou un simple ballon, pour emmener les enfants qui attendent à la maison, ne pouvait pas manquer.

J'ai continué _cc781905-5cde -3194-bb3b-136bad5cf58d_ma marche vers la Via Dolorosa.   Soudain je trouve plusieurs jeunes qui jouent et dansent avec certains bongos, d'autres font des chœurs autour d'eux, la fête commence et il semble que la vie s'est arrêtée jusqu'à ce moment et la journée commence une fois le vendredi fini prières.

A la porte de Damas avant de l'atteindre par son intérieur où au petit matin tout était fermé, tout recommencé, les étals de légumes, fruits et légumes étaient pleins. Juste en face de la porte de Damas, à l'intérieur il y a un bar où l'on fait du Dönner Kebab, le meilleur de Jérusalem. Je me suis assis là et j'ai été témoin du flot de gens qui entraient et sortaient par la porte. Les marchands sur les côtés criant la vente de leurs produits a été un autre moment magique ce vendredi dans la ville de Jérusalem.

LA PUBLICITÉ

Quartier Cristiano 

Manière douloureuse

La Via Dolorosa est l'endroit le plus visité par les chrétiens qui viennent à Jérusalem. Le dernier endroit piétiné par  Jésus avant d'être crucifié.

_MG_3327_edited.jpg
_MG_3320-1.jpg

  Mais les surprises de ce vendredi ne s'arrêtaient pas là, je me dirigeais vers la Via Dolorosa en direction du Saint-Sépulcre   dans le quartier chrétien. À travers elle, certains Russes orthodoxes apparaissent en train de faire la Via Crucis.  Un rituel qui ne peut être effectué que tous les vendredis de l'année.

  Derrière celui qui  portait une croix, les autres le suivaient entre les prières. Ils arrivent généralement avec leur croix à la même église du Saint-Sépulcre, où ils restent aux portes. Eh bien, l'entrée à l'intérieur n'est autorisée qu'avec le cross  le Vendredi saint.  Cette cérémonie Via Crucis n'est pas seulement effectuée par les orthodoxes mais tout au long de l'année, vous pouvez voir des pèlerins de partout dans le monde.

  Cette rue qui rappelle celle où Jésus a marché la dernière fois avant d'être crucifié,   est une ruelle étroite, de pieuse mémoire. Les pierres tombales marquent les quatorze stations du martyre. Le premier jouxte le couvent des Sœurs françaises de Sion. Le quatorzième et dernier est la chapelle du Sépulcre, dans l'église du Saint-Sépulcre. Il est difficile de découvrir sous la Jérusalem actuelle la même ville sur laquelle Jésus a marché.  La seule certitude  la dá  un signe qui l'identifie.

  Actuellement c'est une rue très visitée par tous ceux qui professent la religion chrétienne, et c'est devenue la rue avec le plus   commerce en tout _cc781905-5cde- 3194-bb3b -136bad5cf58d_la vieille ville de Jérusalem.

Prétoire

_MG_3330.jpg

Sur la Via Dolorosa se trouve le prétoire, la résidence de l'ancien  gouverneur romain d'Israël ; Ponce Pilate. En esta residencia se dictó la sentencia contra  Jesús.  Es  conocida  como la capilla de la flagellation. Actuellement   c'est le couvent des moniales de Sion, plus connu sous le nom d'église de l'Ecce Homo, où sont conservés de grands fragments du " Pavé de Justice " où Jésus a été jugé.

Église protestante luthérienne du Rédempteur

En 1841, la reine d'Angleterre et le roi de Prusse décident de créer un évêché anglican-luthérien à Jérusalem.

_MG_6020.jpg

Déjà proche de l'église du Saint-Sépulcre et après avoir parcouru les rues labyrinthiques, toutes pleines de commerce pour le tourisme, vous atteignez la rue Muristan où se trouve l'église protestante luthérienne du Rédempteur, là à côté de la porte de Jaffa, dans un place qui semble n'avoir rien changé depuis des siècles est cette église dont le clocher ressemble plus à un minaret et peut être vu de n'importe où à Jérusalem. C'est en 1841 que la reine d'Angleterre et le roi de Prusse décident de créer un évêché anglican-luthérien à Jérusalem.

Elle prend fin en 1886 avec la dissolution de la coentreprise anglo-prussienne. L'Église luthérienne allemande a établi une présence indépendante à Jérusalem et en Terre Sainte. Cette communauté attire de plus en plus de membres arabophones, dont beaucoup sont d'anciens élèves d'écoles et d'autres institutions gérées par des églises et sociétés luthériennes allemandes. Depuis 1979, la congrégation arabophone a son propre évêque et existe indépendamment de la petite congrégation germanophone,   représentée par un pasteur.

LA PUBLICITÉ

Saint-sépulcre

Église du Saint-Sépulcre au sein d'un chapelet de chapelles, toutes se référant à l'histoire du salut.

_MG_3267.jpg

A quelques mètres de l'église luthérienne. Vous arrivez devant une arche à travers laquelle la façade romane de la Basilique du Saint-Sépulcre apparaît majestueuse. Une  façade de style indéfini,  est plutôt une accumulation des styles architecturaux des mille dernières années.

 des groupes de pèlerins et de touristes se rassemblent à la même porte. Le Saint-Sépulcre est ouvert de 4h00 à 11h30 et de 12h30 à 17h45 en hiver et 20h00 en été. La fermeture et l'ouverture ainsi que l'entrée se heurtent, à la grande surprise, à l'islam : selon un ancien privilège, le portail de la basilique est ouvert par une famille musulmane.

_MG_3257.jpg
_MG_6052.jpg
_MG_3256.jpg

Juste à l'entrée se trouve la pierre d'onction. Cette pierre considérée comme sacrée est très vénérée par les croyants grecs orthodoxes. C'était la pierre qui accueillit le corps de Jésus lorsqu'on le descendit de la croix, et où selon le rite juif ; Jésus a reçu les dernières peintures à l'huile avant d'être enveloppé pour l'enterrement.  C'est l'une des reliques les plus vénérées par l'Église orthodoxe.  Et les orthodoxes russes et grecs certains tendent la main et s'étreignent, pleurent, prient, d'autres portent toutes sortes d'objets les  spoons prolifèrent pour les bénir, ils les étendent et demandent pour la _cc781905 -5cde-3194-bb3b-136bad5cf58d_ bénédiction de chaque objet.  Derrière la pierre une mosaïque montre  la descente de croix, l'onction et son transfert au tombeau.

_MG_3275_edited.jpg
_MG_3293.jpg
_MG_3241.jpg
lamparas de la estrella.jpg

Devant  la majesté du Katholikon, il y a un  building  de forme carrée. La partie avant est l'entrée des chrétiens où se trouvait le tombeau du corps de Jésus  cree . A l'arrière du bâtiment se trouve  la Chapelle des Coptes.

Dans la partie chrétienne chaque jour des centaines de fidèles font de longues files d'attente pour entrer. En su pórtico   aparece la figura de  Cristo crucificado,  un hoyo enmarcado en plata indica el lugar donde se debió de levantar la Croix. Pour y accéder vous devez vous pencher vers le bas  vers où vous  trouvez le trou qui témoigne que la croix a été clouée.  Entre larmes et prières  besan où  leur sauveur a été crucifié. Sous le dôme de l'église se trouve une petite chapelle en marbre avec un atrium, la soi-disant chapelle de l'ange, où certains livres apocryphes indiquent comme le véritable lieu où le corps de Jésus a été déposé. Et c'est le lieu où est gardée la pierre qui gardait le tombeau du Christ.

43 lampes d'une grande beauté illuminent les murs recouverts de marbre qui, comme ils l'expliquent, appartiennent chacun aux confessions chrétiennes. Un silence absolu est observé à l'intérieur, il est totalement interdit de prendre des photos mais les flashs sont déclenchés en permanence. 

_MG_6043.jpg

   L'histoire de la construction de l'église du Saint-Sépulcre contient des légendes comme il ne pouvait en être autrement. Construite en 66 après JC, c'était la plus ancienne église chrétienne  de Jérusalem. Détruit par l'empereur Hadrien lors de la deuxième révolte juive, en 135, il ordonna la destruction complète de Jérusalem et y construisit une nouvelle ville romaine, appelée Aelia Capitolina. où il trouva l'église, elle était entièrement recouverte de terre et de gravats,  creusant un fossé où il jeta les trois croix et tout ce qui servait  comme relique pour les chrétiens du temps qu'ils avaient l'habitude d'aller au lieu en pèlerinage. 

Plus tard, Hadrien fit construire un temple en l'honneur de Vénus. Y  une statue à Jupiter sur ce qui était le lieu de la crucifixion. Un peu comme à l'accoutumée, les _cc781905-5cde -3194-bb3b-136bad5cf58d_ élèvent des édifices païens dans les lieux sacrés des autres religions. Certes, le lieu était considéré comme sacré non seulement à cause de la crucifixion de Jésus. Le Calvaire ou Gólgotha, qui en hébreu signifie monticule nu, sec, pierreux, sans aucune végétation, était un lieu où l'on pense que le crâne d'Adam aurait été retrouvé, d'où l'origine du nom de Calvaire.

   Et selon la foi chrétienne  Jésus avait été crucifié sur le tombeau d'Adam, ainsi la rédemption s'est accomplie a versé les restes purifiés du premier pécheur, actuellement sous le lieu où se trouvait la croix, au rez-de-chaussée est  l'église d'Adam. La légende nous dit aussi que c'est l'  empereur Constantin qui se convertit au christianisme et fonda le  catholicisme. Qui en  année 325 a envoyé des archéologues pour récupérer le site de la crucifixion.  Le temple de Vénus a été détruit_cc781905-5cde-3194-bb3b-y5cf58bad dans les fouilles les trois croix ont été trouvés .

  Elena la mère de l'empereur Constantin  après que son fils ait convoqué une réunion d'évêques de tout l'empire, y compris l'évêque Macaire d'Aelia Capitolina car c'est ainsi que Jérusalem était connue à cette fois,  après avoir entendu de Macario lui-même le malheureux abandon des lieux consacrés par la vie et la mort de Jésus, il partit avec la bénédiction, l'autorité et les fonds de son fils en Terre Sainte en devenant le premier pèlerin.

  raconte l'historien Rufino. Que saint Macaire, évêque de Jérusalem, ordonna   de prier pour obtenir de Dieu la grâce de connaître la vraie Croix; et que puisqu'il n'était pas possible de distinguer laquelle était du Christ, saint Macaire fit amener une mourante. En touchant la première croix, la femme malade s'est aggravée, la croix appartenait à Ladrón Gestas, la toucher avec la seconde l'a laissée aussi malade qu'elle, la croix appartenait à Dimas le voleur, mais en la touchant avec la troisième croix, la fille malade a récupéré votre santé instantanément. Après avoir satisfait sa piété, Elena ordonne que la Sainte Croix soit divisée en trois morceaux : un fragment a été envoyé à son fils Constantino, ce fragment a été perdu

  Constantin le reçut avec de grands honneurs ; un autre fragment a été envoyé à Rome avec les clous et la couronne d'épines, pour l'église qu'elle avait elle-même fondée, connue sous le nom de  Église de la Sainte Croix à Jérusalem, et le plus gros morceau a été donné à elle à San Macario pour l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, les deux fragments sont encore conservés aujourd'hui dans les deux églises. En réalité il y a deux églises : une circulaire construite sur le tombeau et une autre de plan basilical construite en vis-à-vis sur le lieu de la crucifixion.

 

_MG_6062.jpg
_MG_6063_edited.jpg

          _cc781905-5cde-3194 -bb3b-136bad5cf58d_          La capilla des Coptes derrière l'Aedicula du Saint-Sépulcre

   Les croisés, devant la nécessité d'avoir un grand espace face à l'afflux de pèlerins, réunissent les deux églises pour ne former qu'un seul espace. Lors de la construction de l'église, les architectes de Constantin ont démoli presque tout le site où se trouvait ce que l'on croyait être la grotte qui servait de lieu de sépulture à Jésus, donc déjà à ses débuts, bien que cela aurait vraiment été le véritable lieu de sépulture, eux-mêmes à construire le Saint-Sépulcre, ils ont démoli le vrai lieu. Car ce n'est qu'alors qu'il pouvait être au centre du bâtiment qu'ils avaient construit. Mais même s'ils l'avaient préservée, elle n'aurait pas survécu à ce jour, car en 614 l'église que Constantin avait construite fut détruite et incendiée par le commandant persan Romizanes, qui détruisit également une grande partie de la ville de Jérusalem, brûla la Saint-Sépulcre, presque toutes les églises chrétiennes et assassiné et enterré plus de 30 000 personnes dans une grotte à Mamila.

   Tuvo que pasar dos siglos,  hasta que el Patriarca Modesto la reconstruye parcialmente,  plus tard, un tremblement de terre l'endommagea à nouveau et c'est en 810 que le patriarche Thomas le répara. En 935, les chrétiens ont finalement réussi à vaincre les tentatives des musulmans de construire une mosquée adjacente à la basilique. Plus tard, il a été incendié à nouveau par les musulmans en 938. Après la reconstruction, il a été incendié à nouveau en 966 par les musulmans à cause de la guerre perdue en Syrie. En 1009, c'est le Calife Fatima d'Egypte qui ordonna la destruction totale du Saint-Sépulcre. Le tombeau et tout ce que Constantin aurait construit. Pendant onze ans, les chrétiens ont été interdits de visiter l'endroit pour prier, sans y prêter attention.  Ce n'est qu'avec la succession d'Al-Hakim, dans un traité de paix avec l'empereur byzantin Argirópulos  qu'ils ont été autorisés à reconstruire le Saint-Sépulcre.

   En 1099, les croisés ont conquis la ville et les chroniques disent qu'ils étaient si sanguinaires qu'ils ont tué des Juifs dans les rues de Jérusalem, que le sang leur a atteint les chevilles et Arabes impitoyables. Au temps des Croisés, le Saint-Sépulcre retrouva sa splendeur,  la majeure partie de l'édifice actuel est le résultat de la reconstruction et de l'agrandissement croisés du XIIe siècle. Les colonnes et piliers actuels de la Rotonde sont des copies approximatives de la forme et de la conception originales du IVe siècle, mais avec la moitié de leur hauteur. En 1188, Jérusalem fut conquise par l'armée de Saladin, récupérant  control of  Terre Sainte. Bien que le  Saint-Sépulcre n'ait pas été rasé, il a été privé de sa splendeur,  et ses marbres ont été utilisés pour construire des mosquées et des palais.  La basilique du Saint-Sépulcre était fermée et personne ne pouvait y officier.

  En l'an 1244, de nombreux chrétiens sont morts lors des invasions musulmanes et l'édifice du Saint-Sépulcre a été considérablement endommagé. Un accord ultérieur entre le sultan Ajub en 1246 et le pape Innocent IV détermina que les clés de la basilique seraient remises à deux familles musulmanes, qui seraient chargées d'ouvrir les portes aux pèlerins qui arrivaient sur place.

    Plus tard en raison de frictions différentes entre les grecs orthodoxes et les catholiques romains latins ; entre coptes orthodoxes et éthiopiens orthodoxes, ont perpétué la nécessité d'un accord avec les gardiens musulmans des clés du Saint-Sépulcre il y a huit siècles et pour cette raison, il est toujours en vigueur jusqu'à aujourd'hui, bien que la basilique soit ouverte à tous les visiteurs, sans sans limite.

_MG_6042.jpg
_MG_3297.jpg
_MG_3305.jpg

katholikon grec

Construit par les croisés. À l'époque ottomane, il était accordé aux grecs orthodoxes.

Les croisés retrouvent l'ensemble des bâtiments tels qu'ils ont été laissés par la restauration de Constantin IX. De 1140 à 1149, sous la direction d'un architecte, Maestro Giordano, une réparation capitale de l'ensemble du complexe et la construction d'une grande cathédrale de style franco-roman ont été réalisées. A l'est de la rotonde située sur l'Anastasis, le transept a été construit, et un peu plus loin, entouré d'un couloir, le chœur, l'abside et un arc de triomphe ont été construits à l'union avec la rotonde. L'église centrale communique avec de nombreuses chapelles.

 

C'est cette église édifiée par les croisés que l'on peut encore voir : les belles portes romanes, notamment celles tournées vers le sud, donnent au temple un style oriental. En 1808, la rotonde a brûlé et les orthodoxes ont convaincu le gouvernement turc de leur permettre de procéder à la reconstruction. Le chœur de l'église des croisés a été transformé en l'actuel Katholikon orthodoxe, les arcs du bas-côté qui entouraient le chœur ont été recouverts, le transformant en un passage sombre et le dôme qui s'élevait au-dessus de la rotonde menaçait de s'effondrer en 1869. Dans une action commune, la France et La Russie a remplacé ce dôme par le couvercle en fer qui existe toujours.

e8757a_fb018beb035841f5bd69f1421435d7e5~mv2 copia.jpg
e8757a_fb018beb035841f5bd69f1421435d7e5~mv2 copia.jpg

Miracle du feu sacré

Visiter Jérusalem et bien sûr le Saint-Sépulcre est pour ceux qui professent la religion chrétienne l'une de leurs destinations préférées. Bien sûr, c'est une ville qui peut être visitée à tout moment de l'année, bien que la semaine sainte soit la date choisie par la plupart des croyants.  

Il existe dans la nuit du Samedi Saint par l'Église Orthodoxe depuis le 12ème siècle, une des "superstitions" connues sous le nom de  le Miracle de la Sainte Lumière dans le Saint-Sépulcre. Et qu'elle a eu une grande influence sur les orthodoxes russes grâce à un abbé russe qui a eu le privilège d'en être témoin lors d'une  de ses visites. Un "miracle" dont les églises orthodoxes ont réalisé flag  est le véritable pèlerinage que tout croyant orthodoxe souhaite réaliser une fois dans sa vie.

L'église du samedi soir  est absolument pleine d'orthodoxes-grecs, de coptes et de russes, déjà depuis l'aube de la veille ils campent dans les environs. Le miracle se produit chaque année à la même heure, à 2 heures du matin, et quelques heures avant qu'il ne commence a  entrant dans l'église avec des chants en l'honneur de ceux qui, pendant l'occupation ottomane, leur ont interdit d'y assister_cc781905 - 5cde-3194-bb3b-136bad5cf58d_ à l'église pour prier et exprimer leurs croyances, beaucoup d'entre eux étant punis.  Cantiques accompagnés de tambours, où ils expriment  sus les sentiments religieux y  réaffirment leur condition "Nous, chrétiens, sommes depuis des siècles et serons toujours", alors ils répètent encore et encore jusqu'à 1h00 du matin où règne le silence absolu; S'il était déjà extraordinaire d'écouter les chants entre tambours, il l'est bien plus, le silence impressionnant.

Après cette heure de silence tendu, le "miracle" se produit à 2 heures du matin, comme cela s'est produit depuis des siècles, une délégation des autorités locales traverse la foule. Bien que ces autorités ne soient pas chrétiennes, elles font partie des cérémonies. A l'époque de l'occupation turque en Palestine, c'étaient des Turcs musulmans, la délégation des autorités. Ils sont maintenant Israéliens. Depuis des siècles, la présence de ces officiers fait partie intégrante de la cérémonie. Sa fonction est de représenter les Romains, au temps de Jésus. Les Evangiles parlent du fait que les Romains sont allés sceller le Tombeau de Jésus, afin que ses Disciples ne volent pas son Corps, et disent qu'il était ressuscité. De même, les autorités israéliennes, ce samedi de Pâques, viennent sceller le Sépulcre, avec de la cire. Avant de sceller la porte, il est de coutume qu'ils pénètrent dans le Sépulcre pour vérifier qu'il n'y a pas de source cachée qui pourrait produire frauduleusement le Miracle du Feu. Tout comme les Romains étaient là pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'altération après la mort de Jésus, maintenant les autorités israéliennes locales sont là pour s'assurer qu'il n'y a pas de tromperie. 

Lorsque le sépulcre a été revu et scellé, tous les présents  chantent le Kyrie Eleison (Seigneur, aie pitié). A la fin d'une grande procession, qui fait trois fois le tour du Tombeau, après quoi le Patriarche est dépouillé de ses vêtements liturgiques royaux, ne laissant que son aube blanche, en signe d'humilité devant le tombeau.

Toutes les lampes à huile ont été éteintes la nuit précédente, et maintenant toute la lumière artificielle est éteinte, de sorte que   l'Église est plongée dans les ténèbres. Avec deux grandes bougies, le Patriarche entre dans la Chapelle du Saint-Sépulcre : d'abord dans la petite pièce devant le Sépulcre et de là, au Sépulcre Lui-même, comme l'explique le Patriarche lui-même, puisque lui seul pénètre dans son intérieur.

Il s'agenouille devant la tombe et accomplit certaines prières qui lui ont été transmises depuis des siècles, puis il attend, et après quelques minutes du centre de la même pierre une lumière émerge pour lui, une couleur bleue indéfinissable qui se transforme progressivement en une couleur bleu foncé de différentes nuances, dont il ne sait pas définir en termes humains. Cette lumière qui recouvre la pierre comme s'il s'agissait d'un nuage et illumine parfois toute la tombe, monte de la pierre comme s'il s'agissait d'eau sortant d'un lac, et comme s'il s'agissait d'une lueur parfois perçue de l'extérieur, elles s'allument bougies et lampe à huile.

A la sortie, la liesse des participants est assourdissante. Le patriarche remet la flamme au patriarche arménien et au copte  et elle est distribuée aux personnes présentes dans l'église. Ils le reçoivent avec une grande joie et se le distribuent entre eux, certains le touchent mille fois et vérifient qu'ils ne brûlent pas et ils se mettent tous à tourner autour du tombeau.

Une histoire qui est remise en question par de nombreuses personnes qui ne croient pas au soi-disant "miracle", certains disent que le patriarche a un système pour allumer le feu, et ceux qui ont assisté à la cérémonie disent que la tombe est vérifiée quelques instants avant son entrée et qu'il dépouille toutes ses affaires et que tout est complètement noir, et en plus, il y a ceux qui assurent qu'au même moment des bougies sont allumées pour de nombreux pèlerins à l'extérieur du sépulcre._cc781905-5cde-3194- bb3b- 136bad5cf58d_

La vérité est que le "miracle" n'a jamais été filmé et je ne pense certainement pas qu'il le sera jamais. Les miracles ne peuvent pas être prouvés. Et ses défenseurs affirment qu'il faut de la foi pour qu'un miracle porte des fruits dans la vie d'une personne, et sans cet acte de foi, il n'y a pas de miracle à proprement parler. Par conséquent, il ne peut y avoir de miracle sans foi. Quoi qu'il en soit, il y a l'histoire et celle que tout le monde pense.

Vous pouvez croire ou non, être croyant ou athée, mais l'expérience est inoubliable en voyant comment des centaines de personnes chantent et dansent à la lueur des bougies. Enchanté par  leur foi. 

LA PUBLICITÉ

Tombes de la vallée du Cédron

Des centaines de tombes, élaborées et simples, ont été creusées sur les pentes des montagnes qui entourent la ville, principalement à cet endroit.

_MG_4367.jpg
_MG_4368.jpg
_MG_4378.jpg

En vous promenant autour des murs de Jérusalem, près du cimetière arabe qui se trouve à côté de la porte dorée, vous pouvez voir le soi-disant mont de Gethsémané, mieux connu sous le nom de mont des Oliviers. D'où l'on peut voir   l'église des Nations, et à ses pieds des tombeaux datant de l'époque du Second Temple.

Les cavernes funéraires ont été utilisées en continu pendant plusieurs générations par les membres d'une même famille. Voici celle de Yad Avshalom, le fils rebelle du roi David. Un monument, haut de vingt mètres, qui est composé d'une structure inférieure carrée taillée dans la roche, contenant une petite chambre funéraire.

Le tombeau de Zejariah (connu sous le nom de  le prophète Zacharie ou,  le père de Jean-Baptiste) est un monument monolithique taillé dans la roche environnante. Structure carrée de cinq mètres sur cinq ornée de colonnes ioniques et couronnée par une pyramide. Il a probablement servi de nefesh pour la tombe en dessous.

La tombe taillée dans la roche de Benei Hezir, avec une  façade de  deux colonnes doriques creusées dans la roche. Il a une longue inscription en hébreu gravée dans l'architrave au-dessus des colonnes, l'identifiant comme le tombeau de divers membres de la famille Hezir qui ont servi comme prêtres dans le Temple.  

GETHSÉMANÉ

MONT DES OLIVIERS

_MG_4427.jpg
_MG_4428.jpg

Le mont des Oliviers se dresse dans la vallée du Cédron, juste à l'est de la ville antique. Un lieu qui   contient aujourd'hui plus d'églises, de chapelles et de cimetières que d'oliviers, son sommet offre une vue magnifique sur tout Jérusalem et dans l'autre sens le désert de Judée, la vallée du Jourdain et les montagnes de Moab.

Le mont est chargé de signification biblique : il est cité dans l'Ancien Testament comme le lieu où David pleura la mort de son fils rebelle Absalom et est également étroitement lié à la figure de Jésus puisque,  he était le lieu où il priait juste avant sa reddition aux Romains par Judas Iscariot. Il y a une petite mosquée connue sous le nom de Chapelle de l'Ascension, où il y avait une église de 390 après JC. C. Le petit édifice actuel date de l'époque des croisés et a été transformé en mosquée par Saladin en 1198. À l'intérieur se trouve un rocher qui, dit-on, porte l'empreinte d'un pied de Jésus au moment de l'ascension. La petite crypte mortuaire à côté de la mosquée intéresse les trois religions : les Juifs pensent qu'elle contient le tombeau de la prophétesse Hulda, l'une des sept prophétesses mentionnées dans l'Ancien Testament ; Les chrétiens disent que c'est le tombeau de sainte Pélagie et les musulmans affirment que Rabi'a al-Adawiya, une sainte du Ve siècle, y est enterrée.

Connu sous le nom de mot hébreu Gethsémané signifiant "presse à huile" (en référence à l'huile d'olive). Apparemment à cause du grand nombre d'oliviers qui entouraient la région à cette époque. Tous les évangiles font référence à ce lieu. Il a une  extension d'environ 1200 mètres carrés. Entre le mont des Oliviers et la route moderne de Jéricho, qui passe par Betania, se trouve l'église  de l'Agonie. Le terrain, initialement, comprenait également l'emplacement de l'église, puisqu'elle a été construite sur les ruines de l'édifice qui, selon Égérie et saint Jérôme, avait été érigé à l'endroit de la prière du Christ. En 1681, les franciscains acquièrent possession du verger dont ils ont conservé l'aspect rustique, ils construisent un mur plus haut que celui qu'ils ont trouvé pour protéger les oliviers. Actuellement, ce n'est qu'un  petit jardin contenant des oliviers.

Église des Nations

À côté du mont des Oliviers se dresse l'église de toutes les nations, un nom qui vient du fait que sa  construction a été réalisée par douze pays différents. Elle est également connue sous le nom de Basilique de l'Agonie de Gethsémané, car c'est le dernier lieu où Jésus a prié  avec ses disciples et où Judas l'a remis aux Romains.

_MG_6130.jpg
_MG_4416_edited.jpg
_MG_4423.jpg
_MG_4420.jpg
_MG_4424.jpg

The first church built in   379 was   destroyed by an earthquake in 746._cc781905-5cde-3194-bb3b-136bad5cf59d_ Built_cc55cde0-318d9 -bb3b-136bad5cf58d_ a new une sur les ruines qui a été abandonnée en 1345. L'actuelle date de 1924 et conserve le rocher identifié comme le lieu où l'on pense que Jésus a prié avant son arrestation.

L'entrée est encadrée par un impressionnant arc en mosaïque de style byzantin. A l'intérieur, l'autel contient des fresques qui symbolisent la figure de Jésus priant sur le rocher, dans une autre partie de l'église une autre fresque détaille   le baiser que Judas lui donne quand il le livre aux Romains. Les vitraux de l'église actuelle sont en albâtre bleu violacé translucide, ce qui produit un effet volontairement délavé à l'intérieur. Six colonnes monolithiques supportent 12 dômes dont les intérieurs sont décorés de mosaïques représentant les emblèmes nationaux des communautés donatrices. Cette décoration a donné naissance au nom sous lequel elle est connue : « Église de toutes les nations ».

Couvent orthodoxe russe de Marie-Madeleine 

_MG_6139.jpg

Couvent orthodoxe russe  juste derrière l'église de l'Agonie. Dédié à Marie-Madeleine.  

L'église date de 1886 par le tsar Alexandre III de Russie en l'honneur de sa mère l'impératrice Maria Alesandrovna. il a été construit par David Grimm dans un style d'église russe traditionnel,  il comprend sept dômes dorés "en oignon". L'intérieur  regorge de grandes fresques d'une grande beauté, comme il est courant dans les églises orthodoxes russes. 

Dans l'église sont enterrés les restes de deux saints martyrs orthodoxes, la  la grande-duchesse Elisabeth Fyodorovna Romanova de Russie  et sa compagne la religieuse_cc781905-5cde-3bd5cf-38bad_15 Varvara Yakovlev . Celui de la  princesse Alice de Grèce  —nièce de la grande-duchesse et belle-mère de la reine —, Elizabeth II du Royaume-Uni qui a fourni une aide aux membres de la communauté juive   pendant l'occupation nazie de la Grèce .

 

Porte de Sion et le quartier arménien

Porte de Sion : C'est celle qui porte le plus ancien nom biblique de Jérusalem. Le mont Sion, autrefois partie intégrante de la ville et, par extension, de tout le pays, a donné son nom au mouvement sioniste ; Jusqu'à deux jours avant l'indépendance, les fondateurs de l'État juif hésitaient entre le nom de Sion et Israël pour le pays. 

C'est la passerelle  vers le quartier arménien, le plus petit des quatre qui se trouve à l'intérieur de la vieille ville.  On pense que c'est là que le roi David avait sa citadelle qui a ensuite été démolie par Nabuchodonosor et plus tard par les Romains. Aujourd'hui  à quelques pas de là se trouve le tombeau du roi David. Et cela nous rapproche aussi du quartier juif. 

barrio armenio-4-1.jpg
_MG_6013_edited.jpg
 barrio armenio4.jpg
barrio armenio-2.jpg

Le quartier arménien, pour moi, c'est le  better care  de toute la vieille ville. Ses maisons de pierre, ses passages nettoient ses rues et ses places. Accompagné de la tranquillité qui s'y respire, loin de l'agitation de la partie arabe ou de la   concentration de la majorité des religieux non seulement de religion chrétienne mais aussi arménienne et orthodoxe. Où ils célèbrent leurs croyances. Se promener dans ses rues un jour de fête est rempli de paix. 

Les Arméniens se sont installés à Jérusalem au IVe siècle pour des raisons religieuses et pendant environ 1 500 ans, ils ont vécu en pleine coexistence avec d'autres religions. Ce n'est pas que plus tard ils aient eu des frictions avec l'un d'eux, mais en raison du génocide ottoman  de 1915, beaucoup ont quitté Jérusalem de peur d'avoir la même fin. La population arménienne de Jérusalem comptait autrefois environ 50 000, actuellement il y en a environ 500 dans la vieille ville, d'autres sont dispersés autour de Yafo, Tel Aviv, Bethléem et à peine deux mille autour de  Jerusalem, Parmi eux, une minorité ont un passeport israélien, les autres ont un permis de séjour permanent avec un passeport jordanien. 

Tout cela mène au quartier arménien, qui occupe un quart de la partie sud-ouest de la vieille ville, actuellement on peut voir la progression du quartier juif et on peut s'embrouiller car il est difficile de savoir où commencent les quartiers arménien et juif et fin._cc781905 -5cde-3194-bb3b-136bad5cf58d_

Le centre du quartier est encore arménien, là il est impossible de s'y perdre, à cause de ses édifices religieux tels que ; la cathédrale de Santiago construite au XIIe siècle. Sur son autel se trouvent les restes de l'apôtre Santiago el Menor, et dans une chapelle latérale la tête de l'apôtre Santiago el Mayor. L'église anglicane, le musée de la tour de David : un musée sur l'histoire de la ville. Dans la citadelle se trouve la tour élancée qui s'élève au-dessus des fortifications de la ville. Musée arménien antique Musée de la Cour du Yichouv. L'église de la Dormition de la Vierge Marie. Le Cénacle y  la seule référence juive ; Tombeau du roi David.

Cénacle

Où le sacrement a-t-il eu lieu ?

_MG_3394.jpg
_MG_3396.jpg

Connu sous le nom de Cénacle, le lieu où Jésus a célébré la Dernière Cène avec ses disciples. Il est situé au dernier étage où se trouve la tombe du roi David. La salle date de l'époque des Croisés, avec ses arcs gothiques caractéristiques. Elle faisait partie d'un monastère franciscain jusqu'en 1552 et fut transformée en mosquée par les Ottomans, qui y ajoutèrent un mihrab et des vitraux. C'est l'endroit où les écritures détaillent que Jésus est apparu à ses disciples après la résurrection. Et où le Saint-Esprit est apparu aux apôtres le jour de la Pentecôte.

Lieu sacré de la religion chrétienne,  très visité par les pèlerins qui arrivent à Jérusalem. L'une des cérémonies qu'ils effectuent généralement consiste à entourer l'arbre et à prier avec l'aide d'un prêtre qui les accompagne généralement.  

Le bâtiment est actuellement occupé par une école religieuse hébraïque et auparavant jusqu'en 1948, il appartenait aux musulmans. Les bords du dôme du plafond sont typiques du gothique lusitanien ou chypriote. Le mihrab sculpté, la niche de prière musulmane, a été ajouté lorsque les franciscains ont été expulsés du bâtiment et que l'enceinte a été transformée en mosquée.

Sous le niveau actuel du sol se trouvent des fondations croisées, byzantines et romaines plus récentes. L'abside derrière le cénotaphe s'aligne avec le Mont du Temple, inspirant l'hypothèse que cette partie de l'édifice aurait pu être une synagogue, voire « la synagogue » mentionnée par le Pèlerin de Bordeaux en 333.

C'est sans aucun doute un lieu à visiter pour sa symbolique pour ceux qui pratiquent la religion catholique. Mais aussi pour tous ceux qui souhaitent connaître les détails historiques contenus dans ses murs. 

Tombeau du roi David

Imagen de destinos15, página 114.png

La salle appelée le tombeau de David est une chambre vide contenant un simple cénotaphe recouvert de velours et a été déclarée son lieu de sépulture au 10ème siècle après JC. C. A Cet endroit était d'une importance particulière pour les Israéliens entre 1948 et 1967, lorsque la Vieille Ville était aux mains des Jordaniens   et que le Mur des Lamentations était interdit._cc781905 - 5cde-3194-bb3b-136bad5cf58d_ Le tombeau est devenu un lieu de pèlerinage juif. Dans une salle à côté du tombeau de David, le musée du roi David a été installé, avec une série de découvertes archéologiques du mont Sion et des pièces liturgiques juives.

Au cœur du quartier arménien, on trouvera également l'abbaye de la Dormition érigée en 1898 par les bénédictins allemands, avec son toit triangulaire si caractéristique de la ville. C'est le lieu où, selon la tradition catholique, a eu lieu l'Assomption de Marie au Ciel.  

mur des Lamentations

C'est  aussi  connu  comme le mur occidental et Kotel en hébreu. Le lieu le plus saint du monde pour les Juifs. Mais en réalité, c'est parce qu'ils ne peuvent pas accéder au contrôle du Mont du Temple  où se trouve la mosquée. C'est pour eux l'authentique et véritable lieu le plus élevé de sainteté  dans le monde pour leur religion.

_MG_4333.jpg

Construit par Salomon et reconstruit par Hérode le Grand, c'est Titus qui le détruisit, laissant cette partie du temple aux Juifs pour qu'ils aient le souvenir amer d'avoir été humiliés par Rome. Les Juifs, cependant, l'attribuaient à une promesse faite par Dieu, selon laquelle au moins une partie du saint temple resterait toujours debout comme symbole de son alliance perpétuelle avec le peuple juif.

La place a été créée comme espace de prière lorsqu'Israël a pris la vieille ville en 1967. Il est traditionnel d'introduire un papier avec des prières ou des souhaits et de le placer à l'intérieur des fissures du mur, ce qui est courant dans la religion juive. Avec le tourisme, tous ceux qui arrivent au mur sont  ou non juifs effectuent généralement le même rituel. 

J'ai eu la chance de visiter  le mur des lamentations sur "Rosh Hashanah"  le jour du Nouvel An juif, une célébration qui dure deux jours et marque la période de dix jours de recueillement et de méditation qui se conclura par le jour du Pardon. Pendant cette période  des souhaits d'amendement sont exprimés et les péchés sont médités. Les plats habituels des repas contiennent de nombreux symboles : l'abondance, la douceur (pomme et miel) et la rencontre du peuple juif (grenade).

_MG_4552.jpg

Roch Hachana est le début de l'année juive. C'est le  jour qu'Adam et Eve ont été créés. Bien que la création ait eu lieu six jours avant la création des êtres humains.  Le dixième jour est néanmoins considéré comme le début du monde  et Roch Hachana a été établi à cette date . Pour leur religion  l'humanité est le centre de l'univers, pour lequel tout a été créé. Avec sa création, le monde entier était achevé et le désir de Dieu dans le monde était accompli. Alors ils croient et donc ils célèbrent.

La nuit  de la célébration est interdite l'accès au Mur des Lamentations aux non-juifs.  Heureusement, même à distance, vous pouvez participer à un si grand événement. 

Le Mur des Lamentations est, comme on peut le voir sur la photo, absolument bondé. Garçons et hommes d'un côté, filles et femmes de l'autre, ils sautent, dansent et applaudissent sans arrêt, au rythme du son semblable à un tambour qu'ils fabriquent sur une table,   et tous accompagnent d'applaudissements et de chants lors d'une célébration qui dure généralement quelques heures. 

Une fois la célébration au Mur des Lamentations terminée, ils la célèbrent généralement dans leurs maisons, restaurants et lieux où ils continuent à chanter et à danser. 

_MG_4528.jpg
_MG_4530.jpg

Juifs orthodoxes au coucher du soleil sur le chemin du Mur des Lamentations pour célébrer Roch Hachana

_MG_6117.jpg

Père et fils priant au Mur des Lamentations. 

  Abonnement magazine numérique  6 numéros par an pour seulement 9,88 €.

Otros Destinos 50 Rajasthán portada .jpg
Otros Destinos 51 Amazonas.jpg
Ruta del Cister
Otros Destinos  Areas Naturales .jpg
Otros Destinos Portugal portada.jpg
Otros Destinos Menorca portada.jpg
Ruta 40 Patagonia portada.jpg
Otros Destinos Camino de Santiago portugués portada.jpg
bottom of page